tronçon


tronçon

tronçon [ trɔ̃sɔ̃ ] n. m.
XIIe; trunçun 1080; du lat. pop. °trunceus, class. truncus « tronqué »
1Partie coupée, rompue (d'un objet plus long que large). fragment , morceau. Couper qqch. en plusieurs tronçons. tronçonner. « cinq ou six difformes tronçons de bois noueux » (Hugo). (1701) Tronçon de colonne : morceau taillé formant le fût d'une colonne. Colonne en tronçons.
(1240) Morceau coupé (de certains animaux cylindriques : poissons, reptiles, vers). Tronçons d'anguille. Le coup « sépara en trois tronçons une vipère repliée sur elle-même » (Aymé).
2Par anal. Partie (d'une voie, d'une distance déterminée). « tronçons successifs de chaussée, reliés par des ponts en dos d'âne » (Martin du Gard). Mermoz « fut chargé d'étudier le tronçon de Buenos Aires à Santiago » (Saint-Exupéry). Tronçon d'une piste de ski, d'une autoroute. Partie d'une file de personnes.
3(1690) Fig. Partie, fragment (d'une phrase, d'un texte, etc.). « Sa phrase s'était débitée en trois tronçons » (Romains).
⊗ CONTR. Bloc.

tronçon nom masculin (ancien français truns, du latin populaire trunceus, tronqué, du latin classique truncus) Morceau d'un objet, allongé et plus ou moins cylindrique : Couper la barre en tronçons de quatre centimètres. Billot scié dans un tronc d'arbre. Segment, partie d'une ligne, d'une voie : Un nouveau tronçon d'autoroute. Partie d'une suite de personnes, de véhicules, d'une suite de mots, d'idées, etc. : La manifestation s'est divisée en tronçons. Chacun des éléments du fût d'une colonne, s'agissant de cylindres de pierre plus hauts que larges et posés en délit (caractères inverses de ceux du tambour). ● tronçon (synonymes) nom masculin (ancien français truns, du latin populaire trunceus, tronqué, du latin classique truncus) Morceau d'un objet, allongé et plus ou moins cylindrique
Synonymes :

tronçon
n. m.
d1./d Morceau rompu ou coupé d'un objet long. Murène découpée en tronçons.
d2./d Partie (d'une route, etc.). Tronçon d'autoroute.

⇒TRONÇON, subst. masc.
A. — [À propos d'une chose]
1. a) Fragment, morceau coupé ou brisé d'un objet plus long que large. Tronçon de bois, de concombre, d'épée, de lance, de tube. L'animal est seul dans sa peau, et le végétal est multiple dans son écorce. Vous pouvez, des tronçons d'un saule, planter un bocage; mais avec les quartiers d'un mouton vous ne ferez jamais naître un troupeau (BERN. DE ST-P., Harm. nat., 1814, p. 261). Au tronçon du grand mât est attaché un Père Jésuite, comme vous voyez, extrêmement grand et maigre (CLAUDEL, Soulier, 1944, 1re part., 1re journée, 1, p. 942).
Couper, détailler,... qqc. en tronçons. Sectionner la plate-forme en tronçons de longueur modérée (BOURDE, Trav. publ., 1929, p. 251). Blancs de poireaux à la Grecque. Détailler en tronçons de six à huit centimètres de longueur les blancs de gros poireaux que préalablement on aura épluchés et lavés (Gdes heures cuis. fr., P. Montagné, 1948, p. 190).
[Dans un cont. métaph.] Heinrich (...) [à Goetz]: Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Le Père c'est moi, le Diable est mon fils; la haine, c'est le Saint-Esprit. Tu auras plus vite fait de débiter en tronçons la Trinité céleste que de couper notre Trinité en trois (SARTRE, Diable et Bon Dieu, 1951, 5e tabl., 3, p. 160).
Expr., vx. Faire un tronçon de chère lie. Faire un bon repas. Ni puritain ni sermonneur, il jurait de bonne grâce en donnant un conseil, et faisait volontiers un tronçon de chière lie quand l'occasion s'en présentait (BALZAC, Messe athée, 1836, p. 88).
b) Spécialement
) ARCHIT. Chacun des éléments composant le fût d'une colonne. Deux pêchers sauvages croissent parmi les décombres, et plusieurs tronçons de colonnes corinthiennes (...) jonchent un pavé de granit rouge, chargé d'hiéroglyphes (COTTIN, Mathilde, t. 1, 1805, p. 312).
Colonne à tronçons. ,,Bloc de pierre ou de marbre généralement taillé en débit, de forme cylindrique et formant, avec un ou deux autres blocs, une colonne dite à tronçons`` (NÉR. Hist. Art 1985).
) MAR. Bout de vieux câble qu'on détord pour en faire du caret. (Dict. XIXe s., Lar. 20e).
2. Partie d'une ligne, d'une voie. Synon. fraction, portion, section, segment. Bref tronçon; tronçon d'autoroute, de route, de rue; tronçon périphérique. Des tronçons de cette voie [du chemin de fer] passent sous les rues couvertes, séparant les caves de chaque pavillon (ZOLA, Ventre Paris, 1873, p. 773).
3. Partie séparée d'une chose allongée. Tronçons d'un train, d'une rame de métro. En cas de rupture d'un attelage,et cela peut se produire dans les fortes rampes,le tronçon de train détaché s'arrête automatiquement par suite de la rupture du tuyau amenant l'air comprimé (SOULIER, Gdes applic. électr., 1916, p. 173).
P. anal. Partie d'une file, d'une suite de personnes. Les tronçons d'arrière de la colonne (BARBUSSE, Feu, 1916, p. 335).
B. — [À propos d'un être vivant]
1. Morceau tranché d'un animal au corps allongé et plus ou moins cylindrique. Tronçon d'anguille, d'un poisson, d'un serpent. Je le voyais, à terre, se débattre encore, comme le tronçon d'un ver remue sous le talon (LACRETELLE, Silbermann, 1922, p. 88). Une serveuse avait posé sur la table des tronçons de merluche frite et une bouteille de vin d'un rose sale (BEAUVOIR, Mandarins, 1954, p. 89).
2. ART VÉTÉR. Partie de la queue du cheval, qui porte les crins et adhère à la croupe. (Dict. XIXe et XXe s.).
C. — P. anal. ou au fig.
1. Partie, fragment d'une phrase, d'un texte. On vota sur le premier tronçon de phrase (VOGÜÉ, Morts, 1899, p. 208). L'Empereur avait pris la parole (...) il lançait des mots sifflants comme des coups de fouet (...). Don Luis n'entendait que des tronçons de phrases, des scories projetées en l'air par ce volcan (MORAND, Flagell. Séville, 1951, p. 194).
2. Petite partie d'un tout mutilé. Des esprits se croyant très supérieurs et même altiers, habiles seulement à diviniser leurs instincts et leurs penchants héréditaires, arrivent à n'avoir plus qu'un tronçon de raison (L. DAUDET, Hérédo, 1916, p. 25):
Il faut avoir vécu par l'âme et par l'esprit dans cet ombilic de l'intellectualité humaine [Paris], y avoir écorché vives ses illusions et ses espérances, et ensuite avoir trouvé le moyen de garder un tronçon de cœur, pour comprendre la volupté d'inhalation de cette atmosphère empoisonnée par deux millions de poitrines.
BLOY, Désesp., 1886, p. 160.
3. Portion isolée d'une suite logique ou chronologique. Les tronçons coupés du temps se sont rejoints (CHATEAUBR., Mém., t. 2, 1848, p. 534). Son sommeil fut agité et par tronçons, à cause qu'il avait trop fumé (BARRÈS, Barbares, 1888, p. 248).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1100 trunçun « morceau rompu d'une chose longue et mince » ici d'une lance (Roland, éd. J. Bédier, 1352); ca 1135 dous tronçons (Couronnement Louis, éd. Y. G. Lepage, rédaction AB, 1044); a) 1470 en partic. « billot coupé dans un tronc d'arbre » ung tronchon de quesne (8 juin, Tutelle de Loys et Gillot Descamps, Arch. Tournai ds GDF.); b) 1701 colonne par tronçons (FUR.); 2. 1680 « partie de la queue du cheval qui porte les crins » (RICH.); 3. 1690 « portion isolée d'une suite logique ou chronologique » (FUR.); 4. 1835 « portion d'une ligne, d'une voie » ici d'un fleuve (LAMART., Voy. Orient, t. 1, p. 182). Malgré le léger hiatus chronol., dér. de l'a. fr. trons « morceau, tronçon » ca 1180 Le trons de la lance (JEHAN LE NEVELON, La Vengeance Alixandre ds Elliott Monographs, n° 27, 718), du lat. pop. trunceus « tronqué », dér. du lat. d'époque impériale truncus « id. ». Fréq. abs. littér.:331. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 398, b) 793; XXe s.: a) 431, b) 382. Bbg. QUEM. DDL t. 16.

tronçon [tʀɔ̃sɔ̃] n. m.
ÉTYM. XIIe; trunçun, 1080, la Chanson de Roland; du lat. pop. trunceus, du lat. class. truncus « tronqué ».
1 Partie coupée, rompue (d'un objet plus long que large). Morceau, fragment. || Couper qqch. en plusieurs tronçons. Tronçonner. || Tronçon de bois (coupé dans un tronc). Bille, billon, billot, tronce. || Des tronçons de statues (→ Démantibuler, cit. 1).
1 Ce puits n'a point pour devanture la large dalle bleue qui sert de tablier à tous les puits de Belgique. La dalle bleue y est remplacée par une traverse à laquelle s'appuient cinq ou six difformes tronçons de bois noueux et ankylosés qui ressemblent à de grands ossements.
Hugo, les Misérables, II, I, II.
1.1 On pensait malgré soi à ces mannequins de féerie qui, habilement substitués à l'acteur grâce au double fond de quelque meuble, sont proprement découpés sur la scène en tronçons pourvus à l'avance d'un trompe-l'œil sanguinolent.
Raymond Roussel, Impressions d'Afrique, p. 26.
Archit. || Tronçon de colonne : morceau taillé formant le fût d'une colonne. Par métaphore. → ci-dessous, cit. 3. || Colonne en tronçons, par tronçons, se dit d'une colonne en ruine dont un ou plusieurs tronçons restent debout.
2 On voit encore des tronçons de colonnes énormes (…)
Stendhal, Mémoires d'un touriste, t. II, p. 115.
3 (…) les troncs rouges des pins qui semblaient avoir été cassés à une faible hauteur au-dessus du sol par le vent. On a commencé à cheminer entre ces tronçons de colonnes (…)
C.-F. Ramuz, la Grande Peur…, p. 17.
(1240). Morceau coupé (de certains animaux cylindriques, poissons, reptiles [cit. 3], vers). || Tronçons d'anguille. || Tronçons mutilés (cit. 1) de serpent (→ aussi Trancher, cit. 1).
3.1 Le coup fit voler en l'air des têtes et des queues, sectionna des corps enlacés et sépara en trois tronçons une vipère repliée sur elle-même.
M. Aymé, la Vouivre, p. 34.
2 (1870, in D. D. L.). Partie (d'une voie, d'une distance). Portion. || Un tronçon de rue. || Des tronçons d'avenues (→ Démolir, cit. 3). || La rue américaine est un tronçon de grand'route (→ 1. Rue, cit. 2). || Un tronçon d'autoroute. || Tronçon de chemins de fer, de voie ferrée.
4 (…) Buteau souffrait surtout, car la part de Françoise, arrachée de ses trois hectares, laissait un tronçon à gauche et un tronçon à droite, ce qui l'obligeait à de continuels détours.
Zola, la Terre, V, I.
5 Lorsque s'ouvrit la ligne d'Amérique, Mermoz (…) fut chargé d'étudier le tronçon de Buenos Aires à Santiago, et après un pont sur le Sahara, de bâtir un pont au-dessus des Andes.
Saint-Exupéry, Terre des hommes, II, I.
6 Le cocher prit une voie moins large, tronçons successifs de chaussée, reliés par des ponts en dos d'âne : la rue coupait une suite de canaux parallèles (…)
Martin du Gard, les Thibault, t. II, p. 228.
Partie coupée ou séparée (d'une chose allongée). || Les tronçons d'un train, d'une rame de métro. → Garage, cit. 1; module, cit. 2; tampon, cit. 2.
7 (Le vent) écartait avec puissance les nuages énormes, les déchirait, en jetait des tronçons aux quatre coins du ciel.
F. Mauriac, Souffrances et Bonheur du chrétien, p. 149.
Partie d'un groupe de personnes disposées en file. || Les tronçons d'arrière de la colonne (→ Hésitation, cit. 8).
3 Fig. Partie, fragment (d'une phrase, d'un texte, etc.); élément temporel limité d'une chose perçue (tronçons de mélodie, etc. Lambeau). || Sa phrase s'était débitée (1. Débiter, cit. 19) en trois tronçons.
CONTR. Bloc.
DÉR. Tronçonner.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • troncon — TRONCÓN, tronconuri, s.n. (Rar) Trunchi de con. – Din tronconic (derivat regresiv). Trimis de claudia, 13.09.2007. Sursa: DEX 98  TRONCÓN s. v. trunchi de con. Trimis de siveco, 05.08.2004. Sursa: Sinonime  troncón s. n., pl. troncónuri Trimis… …   Dicționar Român

  • tronçon — Tronçon. s. m. Morceau coupé ou rompu d une plus grande piece, laquelle est ordinairement longue & peu large. Tronçon de pique, de lance, d espée. On appelle aussi, Tronçons, des morceaux que l on coupe de certains poissons qui ont plus de… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • troncón — 1. m. tronco (ǁ del cuerpo humano o animal). 2. tronca (ǁ tocón de un árbol) …   Diccionario de la lengua española

  • tronçon — (tron son) s. m. 1°   Morceau coupé ou rompu de quelque objet plus long que large. •   Le roi lui casse [au valet] sa canne sur le dos : de là, le tronçon à la main, il traversa une antichambre, SAINT SIMON 30, 97. •   Plus loin, sur le devant,… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • troncón — ► sustantivo masculino 1 ANATOMÍA Tronco del cuerpo humano o animal. 2 Tocón del árbol. * * * troncón (aum. de «tronco») 1 m. Tronco del cuerpo de un hombre o un animal. 2 *Tocón. * * * troncón. m. tronco (ǁ del cuerpo humano o animal). || 2 …   Enciclopedia Universal

  • TRONÇON — s. m. Morceau coupé ou rompu, de quelque objet plus long que large. Tronçon de pique, de lance, d épée. Des tronçons de colonnes. Des tronçons de câble.   Il se dit particulièrement Des morceaux que l on coupe de certains poissons, de certains… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • TRONÇON — n. m. Morceau coupé de certains poissons, de certains reptiles. Tronçons d’anguille, de brochet. Couper par tronçons. Les tronçons de ce serpent remuent encore. Il se dit, par extension, d’un Morceau coupé ou rompu, de quelque objet allongé.… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • tronçon — a flatfish steak cut on the bone. Sometimes spelled troncon …   Dictionary of ichthyology

  • troncón — sustantivo masculino tocón (del árbol), chueca, tueca, tueco, tocona …   Diccionario de sinónimos y antónimos

  • tronçon — nm. morsé <morceau> (Villards Thônes) …   Dictionnaire Français-Savoyard


We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.